Les produits du territoire

Une filière Beaufort motrice

L’ensemble de la Tarentaise est situé dans la zone d’AOP Beaufort créée en 1968. On y compte 153 producteurs de lait pour une production totale de 22 millions de litres (la moitié de la production totale de Beaufort). La transformation est assurée par trois coopératives à gestion directe (Aime, Moûtiers et Bourg-Saint-Maurice) et 38 ateliers de transformation en alpage. Cette filière est très motrice, son dynamisme et la valorisation du prix du lait (environ 600€/1000 litres) créent un climat de confiance et incitent les agriculteurs à s’orienter vers cette production.

Les producteurs fermiers de Tarentaise

La Tarentaise compte d’autres productions fermières, notamment en matière de fromages. En lait de chèvre, certains producteurs excellent dans la fabrication de tome, de bellachat, de crottin, de tarentais ou de sérac. On trouve également le fameux fromage persillé, de Tignes ou de Sainte Foy, fabriqué avec du lait de chèvre, parfois mélangé avec du lait de vache ou de brebis. Une quinzaine d’ateliers, en alpage ou sur le siège d’exploitation, transforment du lait caprin.

La vallée compte également quelques ateliers de transformation du lait de brebis, avec des productions de tomme, de yaourts, de lactiques, de séracs et de fromages à pâte cuite ou à pâte molle.

En lait de vache, d’autres transformations de qualité se font sur le territoire, comme la tomme fermière ou la tomme de Savoie, fromage à pâte pressée non cuite au lait cru, reconnu IGP depuis 1996. Nous trouvons également des productions de fromage à raclette.

Enfin, on compte quelques productions diversifiées, parmi lesquelles l’apiculture. Les apiculteurs locaux valorisent tout particulièrement la sous-espèce nommée « abeille noire », écotype locale adapté aux conditions alpines et produisant un miel de montagne de qualité.

Centre d'étude sur l'abeille noire de Savoie

Viande de Tarentaise

Outre le lait et le fromage, l’agriculture de Tarentaise offre une production de viande en constant développement. L’abattoir de Bourg-Saint-Maurice a rouvert ses portes depuis 2006 et représente aujourd’hui un outil coopératif local, au service des éleveurs de la vallée. Grâce à cet abattoir local, un véritable réseau de vente de viande en circuits courts a émergé dans la vallée. La profession travaille sous la marque « Viande des Vallées de Tarentaise » afin de bien identifier la zone géographique des produits et pouvoir communiquer sur cette marque. Ce projet répond à une forte demande des consommateurs, tant du côté de la population locale que de la clientèle touristique, de plus en plus attachée aux produits du terroir. L’abattoir propose des colis de bœuf ou jeune vache essentiellement nourries à l'herbe et dans le respect du cahier des charges de l'AOP, de veau, d’agneau et de chevreau.

Commercialisation en circuits courts

La Tarentaise compte trois coopératives laitières, qui sont de véritables relais pour le développement de la vente directe dans la vallée. Ces trois coopératives (Bourg-Saint-Maurice, Aime et Moûtiers) sont organisées en SICA commerciales. Leurs magasins sont répartis en station et en fond de vallée. La vente locale représente 8 à 22% de leur production, suivant les coopératives.

Points de vente des coopératives de la vallée, ici.

  • Logo Auvergne Rhone Alpes